Chat with us, powered by LiveChat
0 admin

L’assurance auto jeune

L’assurance auto jeune en France

Arrivé l’âge où conduire seul est possible, le jeune pense que les routes s’ouvrent désormais à lui. L’assurance autos l’attend au tournant.

La vie rêvée du jeune chauffeur

A sa majorité, le jeune est toujours pressé de conduire sa voiture. Synonyme d’indépendance, avoir sa propre voiture élargit les horizons. C’est souvent synonyme d’indépendance. Partir seul au loin, sans la main mise des parents. Etre avec les amis, libres de rentrer à l’heure qu’il veut après des soirées. La voiture est le premier pas vers la vie d’homme. Cependant, cela implique aussi des responsabilités. Du coup, il doit connaitre ses obligations vis-à-vis de l’administration en tant que conducteur. Elles sont beaucoup, mais le plus important reste l’assurance auto. Surtout, s’il est le propriétaire de son véhicule que papa l’a offert.

Pour reconnaitre un jeune conducteur, le bleu selon le jargon de rigueur, les assurances ont mis en avant un critère. Est qualifié de pilote inexpérimenté est celui dont le permis n’a pas encore duré plus de trois ans. C’est simple. Les compagnies pensent que ce dernier est plus exposé à des facteurs d’accidents mortels que les chauffeurs plus expérimentés. Si les assurances sont parfois réticentes à couvrir cette tranche de conducteur, il y a tout de même qui ose. En pensant aux chiffres que plus du quart des décès liés à un accrochage automobile ont été causés par des conducteurs novices. C’est un risque à prendre donc pour les deux parties.

Trouver la meilleure option

Pour ne pas perdre aux changes, les assureurs mettent la barre très haute dans les suprêmes. Du coup, le jeune souscripteur doit payer presque le double des mensualités. De quoi faire reculer les plus téméraires. Cependant, des règlements stipulent la diminution annuelle de ses mensualités au fil des années. Quand le chauffeur novice a gagné la confiance de la compagnie, il aura le même statut qu’un chauffeur chevronné. En attendant, il doit se tenir de la plus belle façon possible derrière son volant. Pour équilibrer les risques, l’assurance augmente en contrepartie la franchise. Le montant à payer par l’assuré dans le cas d’un sinistre d’après Vidal Assurances.

Concurrence oblige, les assurances tentent par divers moyens d’attirer la jeune clientèle. La technique est souvent d’une banalité. Elles baissent les mensualités à des prix abordables. Du coup, le jeune s’engouffre dans cette brèche. Cependant, comme dans tout marché, un coût bas cache toujours quelque chose derrière. La compagnie demande une franchise très élevée pour compenser le manque à gagner. Du coup, il faut faire des comparaisons. Prendre des conseils auprès de professionnels de l’assurance. Avant de signer tout contrat. Sans cela, le souscripteur risque d’être perdu dans les différents alinéas et clauses du document.

Des astuces toujours efficaces

Le meilleur moyen pour voir l’assurance autos jeune baissé, c’est d’avoir une voiture sobre. Par exemple, un jeune de 19 ans qui se souscrit en se pavant avec un coupé sport de plusieurs centaines de chevaux fera hésiter n’importe quelle compagnie. Une voiture ancienne, peu consommatrice, avec des vitesses limitées… c’est le véhicule préféré des compagnies. Enfin, il faut avoir des talents de négociateur.